Monnaie, communauté : la communauté comme construction monétaire

Jerome Blanc
2016

EMES Conferences Selected Papers Series, ECSP-P16-15

La plupart des économistes monétaires concentrent leurs travaux sur les fonctions de la monnaie, sur les règles d’émission dans un régime hiérarchisé articulant une banque centrale et des banques commerciales, et sur les questions de dynamique économique ou de stabilité monétaire et financière. Certains d’entre eux partent du postulat que la monnaie est associée à un Etat et que, en temps normal, rien ne sépare ces deux termes (chartalistes, post-keynesiens). D’autres font le postulat que les individus rationnels choisissent la monnaie parmi une série d’actifs en concurrence dont la variété est limitée par des restrictions légales (post-walrasiens, théories financières de la monnaie) .

Dans ces deux cas, la communauté des usagers de la monnaie ne fait pas l’objet de questionnements : elle est soit postulée (ce sont les agents économiques résidents), soit construite par agrégation de comportements rationnels d’individus maximisateurs. théoriciens de la société pensent celle-ci sans y intégrer la question monétaire : étant pensée comme le produit de la souveraineté, elle ne participe pas fondamentalement à la construction des liens dans la société, ou apparaît comme un résultat de la construction préalable de cette société. 1

De leur côté, la plupart des C’est contre ces deux positions que ce texte entend se positionner, en croisant une réflexion conceptuelle et un appui sur des dispositifs monétaires particuliers : les monnaies associatives, telles qu’elles ont émergé depuis les années 1980 et dont on trouve aujourd’hui des manifestations diverses en France (monnaies locales, banques de temps, systèmes d’échange local, cercles de « barter ») comme ailleurs.

Dans le monde anglophone, une partie de ces monnaies est qualifiée de community currencies – ce sont généralement celles qui reposent sur un système de crédit mutuel, où dettes et créances individuelles se compensent sans émission de monnaie, comme dans les LETS et les banques de temps. Après avoir resitué la dynamique de ces monnaies as compensent sans émission de monnaie, comme dans les LETS et les banques de temps. Après avoir resitué la dynamique de ces monnaies associatives (1), on interrogera les raisons pour lesquelles des collectifs locaux créent des monnaies : on identifiera pour cela trois finalités : au-delà d’une finalité non monétaire d’une autre de nature monétaire, on mettra l’accent sur la finalité communautaire, qui lie monnaie et communauté en renversant la conception dominante : ici, la monnaie engendre la communauté (2).

Dans les monnaies associatives, cette construction communautaire est en particulier fondée sur des formes de proximité (3). On élargira alors la réflexion à la monnaie en général en empruntant le cadre institutionnaliste. Bien que celui-ci ait de longue date considéré la communauté de paiement, il reste à construire une analyse de la construction communautaire par la monnaie, autrement dit, de la construction de la communauté monétaire (4).

Monnaie, communauté : la communauté comme construction monétaire

DOWNLOAD

(177 KB) - downloads

Credits
What are you interested in?